21/11/2009

Lahage en quelques lignes

Origine du nom   

 

 

Différentes orthographes au fil des ans : XVI : Haige, 1758 et 1773 : La Haye

sens:  le nom de Lahage proviendrait du wallon häia.  En allemand : Hagen signifie haie/forêt.
Lahage signifierait « entouré d’une haie de forêt ».

              A la fin du XVII siècle, vivait à Habay-la neuve la famille GAUMAIN ou GAUMET.

Famille formant comme une tribu, et dont les membres faisaient de rudes charrois à travers l'Ardenne. L'industrie métallurgique si importante dans la région Virton-Habay-Orval, expédiait ses produits en d’immenses convois vers le pays de Liége.

C'est le nom de famille des GAUMAIN qui finit par devenir celui de la profession. Adaptée à la phonétique régionale, il s'est alors appliqué à tout charretier venant du pays du sud puis aux habitants de ce pays.

Les « Wallons » de la lorraine belge n'avaient pas de nom ethnique. C'est ainsi qu'ils ont adopté celui que le voisin du nord leur assignait.

Les peuples , pas plus que les individus, ne se dénomment eux-mêmes ; ils reçoivent leur nom d'autrui.

 Ces sont des accident phonétiques et sémantiques qui nous ont donné GAUMAIN > GAUMET > GAUMÂ >GAUMè > et enfin      GAUMAIS.

 

 

Historique du village      

La présence des romains a marqué profondément de son empreinte le village. Des bains publics avaient été aménagés autrefois aux abords de la source du Gros Cron.

Malheureusement, aujourd'hui il n'en reste aucune trace.

Architecture 

 Toutes les maisons s'enchaînent en une façade unique dans laquelle portes et fenêtres d'un aspect cliché, se répètent à intervalles réguliers.

Sur les plus anciennes habitations du villages l'on peut trouver des constructions  dont la pierre de Cron fût utilisé pour la fabrication des cheminées, des encadrements de portes et des fenêtres.

Situation géographiques     

 Belgique

Province du Luxembourg

Arrondissement de Virton

Commune de Tintigny

15 Km au nord de Virton

20Km Sud est de Florenville

Gaume (la) ou Lorraine Belge, région la plus méridionale de la Belgique (Province du Luxembourg) autour de Virton                          (Larousse)

 Saint-Hubert     

Evêque de Tongres, Maastricht, et Liége (y décédé en 727). Il évangélisa la Belgique orientale. Patron des Chasseurs, on lui attribue la même vision qu’à Saint-Eustache, celle d’un cerf portant une croix entre ses bois.

Depuis l’existence de Lahage, ses habitants furent paroissiens de Tintigny, jusqu’à la création de la paroisse de Bellefontaine en 1806. Lahage eut dés 1689 sa première chapelle, fondée par la famille d’Anly.

Saint patron de l’église de Lahage, l’église néo-classique du village date de 1842.

Lahage devint paroisse en 1896.

La rue principale du village porte son nom. Le week-end suivant la saint-Hubert marque aussi le début de la fête au village, dont la bénédiction des chevaux et des chiens lors de la messe dominicale organisée depuis plusieurs décennies à une réputation qui à largement dépassé les frontières de la gaume.

 Le Gros Cron             

Tuf ou Cron : concrétions calcaires déposées dans les sources ou dans les lacs .

Un site paradisiaque, dans la vallée de la Chevratte.

Le GROS CRON, cette masse rocheuse de plus de 20 mètres de haut est constituée de couches de Cron (calcaire) une pierre spongieuse et grise. Cette pierre dure et légère servait pour fabriquer des monuments funéraires romains  et à servis jusque dans le courant du 20 siècles pour la construction de nos maisons.

Les tueurs de cochons utilisaient la pierre comme racloir pour nettoyer et blanchir la peau du porc après l’avoir grillée sous feu de paille.

Le Cron de Lahage , en partie fossile , en partie en formation , constitue une colonisation végétale d’un intérêt exceptionnel ; il y pousse la seslérie bleue , graminée rare.

 

La commission royale des monuments et des sites a procédé en 1974 au classement de « la Crâniére » de Lahage. 

Les Calvaires       

1- Au centre du village : inauguré le dimanche 2 avril 1911 pour clôturer la mission paroissiale prêchée par les pères Dautrebande et Van Schingen.

Il fût rénové en 1938.

2- Calvaire du lieu dit « La Croix » sur le chemin de Bellefontaine : c’est vers 1830 avec le crucifix provenant de la scierie qu’il fût édifié , un peu plus bas au lieu dit «  Lu tchéne du reposeu » (Le chêne du reposoir). Le Christ a été acheté au moyen de souscriptions recueillies dans le village, béni et installé sur la croix en bois le 07 janvier 1883.

3- Calvaire du Fouchery : fut inauguré le 22 août 1943, anniversaire des combats de 14-18.

En 1976, les croix en bois ont été remplacées par des croix en fer.

Le moulin         

Pour implanter un moulin ; il faut impérieusement un site propre à son fonctionnement : un vallon arrosé d’une eau abondante  et au débit régulier.

Le moulin de Lahage dates des origines, tout comme la fermes de la vieille Hage. Les archives civiles et religieuses citent souvent les noms des tenanciers  du moulin. C’étaient d’honorables artisans, dans une profession vitale pour la localité.

Le moulin de Lahage  a cessé toute activité en 1954, mais la bâtisse est toujours là.

La scierie    

A cessé toute activité, avant le moulin , aux années de l’après guerre 14-18 , et a disparu .

Un étang lui assurait une réserve d’eau ; alimentée par le ruisseau venant du moulin .

Son fondateur  est le Sieur Jean Claude de Hugo qui le fit construire suite à un pacte signé le 26 octobre 1726 avec le marquis Gérard

Les plus anciens vestiges humains de Lahage se trouvent au Gros Cron : on y a en effet découvert un refuge de l'époque celte avec un double fossé et une enceinte de pieux.

Tout près de l’ancien point d’arrêt de Lahage, dans  la vallée de la Chevratte, ce rocher escarpé « La Crânière» ou «Gros Cron» est un but de promenade pour ceux qui aiment la nature. Ce site est classé par la Commission des  monuments et  des sites.

Le village pourrait être né au lieu dit  «la Vieille Hage» et son environnement, sur les versants du « Vivau » (vieux val).

Par contre, son épanouissement et sa croissance sur les versants du « Nieuvau » (nouveau val).

Faisant partie de la Seigneurie de Villemont, il a suivi les destinées de celle-ci.

En 1258, Lahage fait son affranchissement à la Loi de Beaumont.

La première chapelle fut fondée par la famille d’Anly, en 1689.

L’église actuelle a été construite en 1842.
Le maître-autel, avec retable sculpté, est du XVIIIième siècle.  Deux statuettes en bois, l’une représentant Saint Raymond, l’autre Saint Eloi, sont fort expressives (XVIIIième siècle).

En novembre, lors de la fête de Saint Hubert, patron de la paroisse, une messe avec cors de chasse est célébrée; l’office est suivi de la bénédiction des chevaux et des chiens

15:07 Écrit par Laurent Doneux dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.